Test : Monster Hunter World

Posté par Heartless le 25 janvier 2018 - Catégories: ActusDossiersTests

Attendu comme le messie depuis son annonce à l’E3 2017, Monster Hunter World débarque enfin sur PlayStation 4 et Xbox One avec la promesse de révolutionner notre série favorite. Le pari est osé tant les mécaniques de Monster Hunter sont profondément ancrées dans le coeur des chasseurs, 14 ans après le premier opus sur PlayStation 2. Cette cinquième et rutilante génération arrivera-t-elle a relever le double défi de l’arrivée sur consoles de salon modernes et du renouvellement après de longues années au côté de Nintendo? Toutes les réponses dans le test que nous vous livrons après de nombreuses heures de jeu.

 

Note: Test réalisé à partir de la version PlayStation 4 Pro de Monster Hunter World

 

Un monde nouveau

Monster Hunter 3 Tri avait osé les combats sous-marins et Monster Hunter 4 avait introduit la verticalité, on attendait donc Monster Hunter World au tournant pour lui aussi bousculer les codes en proposant quelque chose de neuf pour une série trop souvent critiquée pour sa relative stagnation. Le jeu se démarque tout de suite par une différence de taille en abolissant totalement les séparations entre les zones, ouf, il était temps! Ce changement massif et crucial dans le game-design vous obligera à faire preuve de pas mal de patience et d’exploration avant de connaitre tous les secrets et de savoir utiliser tous les pièges naturels des différentes zones du jeu, dont la magnifique Forêt ancienne n’est qu’un avant goût avant ce qui vous attendra quelques heures plus tard. Chaque zone ou écosystème sera également toujours occupé par trois grands monstres qui iront et viendront et s’affronteront au gré de leurs envies et que vous pourrez parfois voir de loin si vous ouvrez l’oeil, ainsi, il ne sera pas rare d’apercevoir un Rathalos ou une Rathian planer autour de l’arbre monumental de la Forêt ancienne depuis sa plage en contrebas.

Monster Hunter World bouleverse aussi les habitudes de la série en proposant un nouveau système de traque à l’aide de vos fidèles navicioles. Accrochées à la ceinture de votre chasseur, celles-ci se précipiteront vers tous les objets à proximité afin de vous indiquer s’ils sont récupérables, mais elles permettront aussi et surtout de pourchasser les monstres en analysant l’infinité d’indices et de traces qu’ils laisseront derrière eux. Il faudra donc ouvrir l’oeil, collecter autant d’ecofacts que possible afin d’en apprendre toujours plus sur vos proies, ce qui vous permettra en pratique de débloquer des informations cruciales telles que les objets récupérables par monstres, les zones sensibles ou encore l’habitat de chaque créature et parfois même de faire progresser le scénario. De quoi titiller l’âme de biologiste que vous cachez en vous et surtout une preuve de cohérence exemplaire entre une mécanique de gameplay et l’univers du jeu.

L’ouverture au monde de la série de Capcom se fait également par une refonte complète et en profondeur de certaines mécaniques de jeux bien connues des vétérans. Chacune des quatorze type d’armes voit son moveset entièrement remis au goût du jour avec des animations plus fluides et de nouveaux coups, mais c’est surtout la catégorie des armes à distance qui en bénéficie le plus avec un système de visée enfin calqué sur les jeux de tir modernes ainsi que de possibilités de customisation plus que bienvenues. Cela permet non seulement aux nouveaux venus de ne pas se sentir dépaysés s’ils veulent jouer à distance, mais aussi aux vieux de la vieille comme moi de se replonger dans la richesse offerte par ce type d’arme face aux créatures les plus féroces.

Monster Hunter World en profite aussi pour faire fît de la traditionnelle séparation épéiste/artilleur au profit d’un système d’armure unique et d’attribution des points de défense différente, ce qui permet de sauvegarder pas mal de composants et d’éviter de devoir construire deux type d’armures. Attention tout de même, la customisation n’est pas mise de côté pour autant puisque vous débloquerez un peu plus tard dans le jeu tout le système de joyaux ainsi que des armures α et β qui raviront les plus tacticiens d’entre vous.

Il serait trop long de tout détailler, mais sachez qu’entre la fronde qui remplit à merveille son rôle d’outil multi-fonctions en pleine chasse, l’intelligence de la refonte du système de gestion des objets et des combinaisons ou encore toutes les options offertes par Astera, la ville du jeu qui fait office de HUB Online et Offline, Monster Hunter World propose tout l’essentiel de la série mais de façon mieux pensée, plus intuitive et surtout plus efficace. Ne voyez donc pas en ce désir de rendre le jeu plus accessible une casualisation mais plutôt un perfectionnement et surtout une optimisation nécessaires à certaines choses qui, avouons-le, pouvaient se montrer un peu redondantes dans les opus précédents.

Souvenirs du Vieux monde

Monster Hunter World démarre la cinquième génération avec des nouveautés de gameplay à la pelle, mais qu’en est-il du contenu? Le bestiaire du jeu n’atteint malheureusement pas celui de Monster Hunter 4 mais dépassera tout de même celui de Monster Hunter 3 Tri puisqu’il faudra compter sur une grosse trentaine de monstres qui se mettront en travers de votre chemin. Chaque grand monstre bénéficie également d’un soucis du détail tout particulier, et vous assureront des combats spécifiques à chacune des espèces. Le retour de certaines bestioles fait également plaisir aux fans que nous sommes et vous serez ravi d’apprendre que Capcom n’a pas dévoilé toute l’étendue du roster pendant la promotion du jeu, avec notamment un nouveau monstre errant qui viendra mettre son grain de sel (et ses explosions)  dans vos combats en rang Expert; un délice.

En plus de ces grosses créatures, Monster Hunter World introduit un nouveau type de faune en la présence de dizaines de petits animaux. Il faudra ouvrir l’œil pour tous les dénicher et les attraper avec votre filet, d’autant plus que certains seront particulièrement rares et permettront de les placer en détention forcée dans votre chambre, encore une fois, le jeu prend toute son ampleur dans le soin apporté aux petits détails du monde de Monster Hunter et de ce qui le rend si singulier.

La principale nouveauté dans le déroulement du jeu se situe dans son nouveau mode histoire infiniment plus développé que dans les précédents opus et découpé en différentes « missions ». Chaque mission ne sera réalisable qu’une fois et fera avancer le scénario en adaptant les objectifs de quête à celui-ci. Ainsi, il ne sera pas rare de voir se transformer l’objectif de quête de « explorer telle zone » à « chasser tel monstre » juste après une cinématique ou un dialogue. À nouveau, l’heure est à la modernité dans Monster Hunter World et ce n’est pas pour nous déplaire tant la narration est supérieure aux habitudes de la série, sans sacrifier pour autant les possibilités de chasses offertes à votre chasseur. Préparez-vous à devoir jouer une bonne cinquantaine d’heures avant de voir le bout du -passionnant- récit. Signalons aussi la présence de nombreux PNJs pendant certaines quêtes qui en plus d’apporter une tension palpable aux affrontements, remplissent relativement bien leur tâche de soutien.

À ces « missions » s’ajoutent un autre type de quêtes, « libres » cette fois et qui se débloqueront au gré de vos échanges avec les personnages où selon vos agissements dans le jeu. Contrairement aux « missions », celles-ci seront réalisables autant de fois que vous voudrez et vous permettront de farmer si besoin un monstre en particulier, comme dans les anciens Monster Hunter.

À ces deux catégories de quêtes s’ajoutent encore les traditionnelles quêtes événements -online- mais aussi et surtout les contrats. Donnés par l’intendance, ils vous permettront de débloquer des objets rares via des défis chronométrés ou des conditions spéciales, une bonne idée qui vous permettra de récupérer certains objets rares sans trop vous prendre la tête. L’intendance sera aussi l’endroit où vous pourrez livrer des composants pour ajouter de nouveaux camps dans les différentes zones de chasses.

Vous l’aurez compris, Monster Hunter World propose un contenu qui devrait vous occuper un bon paquet d’heures et une difficulté progressive qui pourra inquiéter les vétérans en début de partie pour ensuite les rassurer une fois qu’ils se seront pris quelques coups de pattes d’un Odogaron de mauvais poil. Et concernant son défaut principal, à savoir son bestiaire un peu limité, Capcom promet d’assurer le suivi de son jeu après la sortie en apportant de nouveaux monstres gratuits dont le Deviljho a d’ors et déjà été annoncé. Une bien belle promesse qui -on l’espère- sera tenue avant un éventuel Ultra Monster Hunter World G Ultimate.

La huitième merveille du monde

Premier opus véritablement conçu pour consoles de salon modernes (MHP3rdHD, MH3U et MHXX Switch n’étant que des portages), on était en droit d’attendre de Monster Hunter World une performance à la hauteur des début de la série sur PlayStation 2. Capcom a choisi un moteur maison pour l’occasion en prenant ce bon vieux MT Framework utilisé pour tous les opus de la série depuis MH3U et si cela leur a permis d’assurer un développement serein et sans accrocs selon leurs dires, on ne peut pas forcément dire que Monster Hunter World soit un étalon graphique. Les principaux soucis graphiques du jeu se situent donc au niveau des animations des monstres à distances (dont l’exemple le plus criant sont les drakes ailés) et de la gestion de la transparence, pas folichonne selon les angles de caméra avec un vilain effet quadrillé. Les collisions sont-elles aussi sujettes à des bugs épars, et du clipping pointe également le bout de son nez assez régulièrement. Pour les possesseurs de PlayStation 4 Pro et de Xbox One X, trois options graphiques s’offriront à vous vous permettant de choisir entre fluidité, définition ou nombres de détails affichés; nous avons personnellement choisi cette troisième option, le mode fluidité n’assurant visiblement pas encore du 60 fps constant.

Mais heureusement, tous ces petits couacs graphiques liés à un moteur graphique un peu daté ne sont finalement qu’une petite ombre au tableau face à la direction artistique tout simplement exemplaire du jeu. Non seulement tout fourmille de vie grâce à une animation la plupart du temps impeccable, mais l’IA du jeu se paye aussi le luxe de tenir la route dans la plupart des situations impliquant plusieurs monstres, ce qui vous permettra de vivre des moments de chasse mémorables en assistant aux joutes de monstres se disputant un territoire. Monster Hunter World fait donc partie de ces jeux qui prouvent qu’une bonne direction artistique peut rapidement faire oublier les faiblesses graphiques, et c’est tant mieux.

Les -nombreuses- cinématiques du jeu sont quant à elles toutes réalisées avec le moteur du jeu en temps réel, ce qui vous permettra d’admirer votre chasseur/chasseuse, et bénéficient par ailleurs d’un soin tout particulier malgré la synchro labiale à la ramasse. Elles sont aussi et surtout doublées en plusieurs langues dont le français, et si jamais vous ne désirez pas entendre les nouvelles prononciations officielles françaises, il vous restera toujours le doublage en langue Monster Hunter. Vous les trouverez dans la galerie tout juste ajoutée dans le patch Day One du jeu.

Le sound-design est lui aussi exemplaire en règle générale avec une gestion en 3D des sons des monstres si vous utilisez un simple casque stéréo. Concrètement, si une Rathian passe au dessus de vous, vous aurez réellement l’impression de connaître la direction du son, une super idée rendue possible par une technologie utilisant des sons binauraux. Les musiques une fois de plus de très bonne facture, quoique plus discrètes la plupart du temps, mais elles s’adaptent bien aux différentes situations et à la distance qui vous sépare de votre proie. Mention spéciale aux thèmes du Val putride et du Bazelgeuse dont la mélodie vous hantera quelques temps.

Que le monde est petit

En plus de retirer les frontières entre les zones de jeux, Capcom en profite aussi pour supprimer la limite entre le mode solo et multijoueurs dans Monster Hunter World. Fini le temps où il fallait avancer dans le mode solo et dans le mode multijoueurs séparément en refaisant la même quête, ici, tout est lié, toutes les quêtes peuvent être réalisées en solo comme en ligne. L’avancée est -convenons-le- de taille, d’autant plus qu’il sera désormais possible de rejoindre une quête déjà commencée simplement via le panneau de quêtes, 14 ans après le début de la série. Les fusées de détresse seront aussi de la partie pour signaler aux autres personnes de votre room que vous avez besoin d’aide, ce qui leur permettra de vous rejoindre rapidement et de vous sauver (ou pas) d’une mort certaine face à un adversaire un peu trop coriace.

Le Grand-pont sera l’endroit de rencontre privilégié et vous pourrez y retrouver les frissons du bras de fer entre collègues avant de partir en chasse, en plus de pouvoir admirer le fruit de la personnalisation poussée de votre chasseur et d’échanger vos cartes de guilde. L’endroit sera également destinée à la création de votre clan, histoire de pouvoir retrouver votre communauté préférée ou de créer le votre grâce à plein d’options sympathiques. Seuls défauts dans ce festival de bonnes idées, l’utilisation franchement pas pratique des mots de passe alphanumériques pour retrouver une room en particulier (même si vous pouvez rejoindre les membres de votre clan en un instant) et le manque de variété des armes en début de partie, à savoir que la plupart de vos outils seront une variation des armes en os ou en fer de départ, agrémentées généralement d’une peau ou d’une plume de monstre. On aurait pu espérer mieux de ce côté là, surtout quand on connait les extravagances de la série en matière de design d’armes.

Monster Hunter World réalise donc un quasi sans-faute pour sa partie multijoueurs en proposant une expérience online fluide et permettant de passer du plaisir solo ou à plusieurs en un instant grâce du bon sens, tout simplement.


Conclusion

Ce ne sont décidément pas les qualités qui manquent à Monster Hunter World, si bien que l’on peine à lui concéder les quelques défauts qu’il possède. Le jeu réussit avec brio à tenir toutes les promesses qui ont été faites depuis les derniers mois, mais ce n’est toutefois pas le plus important. Monster Hunter World prend le contrepied total des récents Generations et Double Cross en proposant une vision réaliste, cohérente et un sens du détail hors du commun grâce à l’équipe de Kaname Fujioka, qui assure la direction artistique phénoménale du jeu.

Alors si vous aussi vous partagez cette vision de la série et que vous aviez des étoiles plein les yeux en rêvant de découvrir le monde de Monster Hunter plus de dix ans auparavant, Monster Hunter World sera fait pour vous et réalisera assurément ce rêve de gosse.

P.S.: Poogie est de retour

 

19/20

 


16 commentaires sur “Test : Monster Hunter World

  1. Mammoutho dit :

    J’ai lâché une petite larme tant la propagande est belle.
    J’ai vraiment hâte d’y jouer!!!!!

    Le seul truc dommage c’est la séparation entre Xbox, PS4 et PC. C’était ça qui était cool avant c’était un seul support, tu joues avec tout le monde.

    Du coup j’ai acheté une Xbox One et la PS4 Collector. Fini la frustration.

    Test très agréable à lire qui fait bien saliver.
    A+ dans le jeu!

    1. Angeal Hewley dit :

      Xbox One + PS4 Collector !!?
      Ya moyen que tu m’envoies une PS4 Collector ? 😵😏

  2. RAYZORX09 dit :

    Excellent test, je lui donne la même note.

  3. Garland dit :

    Je suis le seul à penser que malgré les nouvelles maps à explorer, le coté collectionnite aigü et les nouveaux monstres à affronter, le contenu n’est pas si mirobolant que ça ?

    Je veux dire, toutes considérations mises à part, on a eu dans une interview un Ryozo qui nous disant que ce MH nouveau était celui au contenu le plus étoffé… J’ai voulu croire en sa bonne parole en me disant « bon, si ça se trouve il parle des opus vanilla, pas des opus G, et quand on voit MH4 il y avait déjà de quoi faire ».

    Ah ah non, à peine plus que MH Tri, et quand même quasi 15 de moins qu’un MH Dos. Ca picote un peu…

    Même si je sais qu’ils ont prévu de sortir de nouveaux monstres en DLC gratuits régulièrement (coucou le cornichon), si ils en sortent au rythme d’un par mois pendant un an ça fait 43 monstres au total, toujours moins que MH Dos, même si on n’est plus très loin.

    Alors bon, oui ça prend du coup beaucoup plus de temps de créer un seul monstre de cette qualité, mais j’ai comme un petit sentiment de « tiens, ça sent grave le MH World G dans un an et demi »

    Parce que si on y réfléchit, le fait de toujours éluder la question du rang G sans vouloir y répondre explicitement, plus le fait d’avoir un bestiaire somme toute assez restreint, ça sent quand même énormément le retour de cette bonne vieille formule du jeu en 2 temps…

    Non pas que ça me dérange, et non pas que je trouve que le jeu ne vaille « pas le coup » avec un bestiaire restreint. J’ai adoré Tri qui avait quasi moitié moins de monstres, ça ne me dérange pas. Ce qui me dérange, ce sont les déclarations d’un coté et la réalité de l’autre… On est loin du « Monster Hunter avec le plus de contenu » comme il nous l’a été annoncé. Ah si par contre en collectibles pour habiller sa chambre là y a du contenu xD

    C’est pas parce que le développement a été compliqué et que le jeu fait plus de Go qu’il y a plus de contenu dedans Mr Tsujimoto…

    Bref, entre ça et la douche froide du « Le PC ? On s’en bat les reins frère on développera ça dès qu’on aura fini le jeu sur consoles », je commence à me demander si je ne vais pas attendre un an et demi pour prendre directement la version G et basta… Ou si jamais ils sortent le rang G et les sous espèces dans un énorme DLC (ça m’étonnerait tellement…), j’en profiterai pour prendre le jeu à ce moment là…

    1. Titrest dit :

      Non je suis complètement d’accord, même si le jeu est super je viens juste de finir l’histoire et je l’ai trouvé avare en contenu. Je regrette un peu de n’avoir pas su attendre la version PC et d’avoir claqué plein d’argent dans un xbox pour l’avoir fini si vite.

    2. Louhry dit :

      le rang G dans un dlc… ça j’y crois pas trop en effet.

      Pour moi c’est évident que les monstres supplémentaires gratuits ne seront que du fan service, le choix du deviljho est assez significatif, je pense que le zinogre, le lagia, toutes les stars manquantes à l’appel vont se pointer, la toundra peut être également, mais la nouveauté se paye, et si ils ont esquivé les questions du rang G, c’est évidemment parce qu’une nouvelle version est sur les rails, mais que l’annoncer grillerait pas mal de ventes. la fin de ton commentaire Garland en est bien la preuve.

      Concernant le contenu du jeu, pour une remise à plat de la formule, je trouve qu’ils nous mettent bien, on aurait pu avoir des retraits comme pour le tri, histoire de ne pas « frustrer » le nouveau venu avec des armes trop complexes, comme la volto/morpho ou le batinsecte.
      Même si le nombre de monstres peut nous décevoir, nous autres européens qui ne faisons que les versions G des mh, le jeu fourmille de plus petits contenus annexes qui me font vite oublier ce petit défaut temporaire. attention il n’est pas encore parfait (ces lucioles omg…)

      Je suis content de voir que la série ne se limite pas à un puits sans fond à remplir de monstres et d’armes à effet kikoo comme pouvait l’être le generation, mais bien un univers passionnant et cohérent à découvrir qui ne propose pas QUE du boss fight. C’est la vision de MH qui me plait, et sur 3ds, le contenu était solide, mais le genre prenait une tournure plutôt désagréable avec le cross (village insipide, absence de contexte scénaristique, ticket à farm pour les exotiques, micro gestion du village sans animation, uniquement via des menus cracra, et j’en passe….)

      1. Garland dit :

        Après le Cross c’était un opus fan service, un « spin-off » de transition pour attendre que World soit prêt. C’était une croquette fourre-tout en guise d’attente où l’équipe B a pu se faire plaisir et tester des trucs « nouveaux » pour le gameplay. Il y avait de bonnes idées comme de très nazes.

        C’était normal d’y voir énormément de monstres parce que c’était un best-of en fait.

        Contrairement à MH4 qui avait à la fois le contenu et la forme, avec l’introduction d’un scénario un brin plus poussé. J’ai bien aimé Generations, mais MH4U reste loin au-dessus.

        Cela dit, je n’ai aucunement parlé de la technique, des maps, de l’environnement et du lore de World, ne vous méprenez pas je trouve le jeu génial ! Je suis juste déçu de voir qu’ils ont préféré sacrifier le nombre de monstres (et donc le nombre d’armes et d’armures) sur l’autel des « jolis graphismes ». Si MH4 était aussi fourni c’est parce que MH3U était passé par là avant lui.

        Mon ressenti final sur World serait « ça augure du très bon pour la suite ». Le virage est réussi, les ventes suivent, le public est conquis… J’ai déjà hâte de voir comment tout cela va évoluer !

        1. Yon dit :

          Garland je partage ton avis. Le jeu est vraiment excellent, ça me rappelle beaucoup Tri sur lequel j’ai passé certains de mes meilleurs moments sur la franchise. Je n’en suis qu’au rang novice et pour le moment c’est u pur régal, mais je compte bien savourer chaque minutes car je sais que si je rush pour monter vite en expert, je vais être frustré.
          Les gros plus sont pour moi la raison du manque de roster. Je dis bien roster et pas contenu. Le contenu est gigantesque. Astera, les fonctions online, le gameplay, toutes ces nouvelles choses ont clairement pris un temps considérable aux devs. Les qualités du titres valent largement l’investissement, et l’évolution en bien de la franchise n’est plus à prouver, ils ont fait les bons choix. Le gros hic c’est je trouve juste le roster en fait, le roster des monstres mais aussi celui des environnements, comme pour Tri mais en moins pire. La Forêt Ancienne et les Haits-Plateaux de Corail sont géniales. C’est immense, luxuriant, ça donne envie d’y rester, de se balader, et la complexité des cartes rend toutes sortent de combats possibles. En revanche, le Désert des Térmites et le Val Putride (qui me rappelle étrangement Aliens) je les trouve moins grandes et moins vendeurs. Si l’idée de faire des maps originales est louable, et moi je ne demande que ça, la différence de taille et de diversité avec les 2 autres est trop importante à mon goût, surtout pour le Val Putride. Ce qui fait qu’en comptant la dernière zone volcanique on se retrouve avec 5 environnements et, paradoxalement, pour la plupart stériles je trouve. Le monde de Monster Hunter World ressemble plus à une île qu’à un continent.
          Concernant les monstres, pour ma part je ne me faisais pas d’illusions, je savais qu’on aurait à peu près ça et l’absence de rang G n’est vraiment pas une surprise, justement parce dans le sport d’ésquiver les questions, on arrive très bien à savoir à quoi s’en tenir quand on suit les interviews des dévs.
          Maintenant tour ça me fait vraiment espérer, et je pense que c’est sur la bonne voie, que du contenu va être ajouter. Du gros contenu, pas simplement le vieux Jho. À mon avis le but c’est de faire jouer le plus longtemps possible les joueurs pour les faire craquer sur les cosmétiques payants. Faut dire que ça peut rapporter énormément. Du coup l’idéal serait de balancer quelques monstres (et s’il vous plaît des maps) un peu pour chaque saison. Printemps on a le Devil Jho avec quelques monstres et une nouvelle carte, en été on a autre chose, etc… Du coup les joueurs restent, de nouveaux arrivent. Ensuite, quand le contenu arrive au bout de ce qu’ils avaient prévu, bim voilà l’extension G. Les anciens payent un bon supplément et ceux qui arrivent passent à la caisse. J’ai vraiment l’impression que c’est comme ça qu’ils comptent faire (et ce serait t’en mieux pour nous je pense).
          Donc je vois ce jeu comme un potager. Là ils ont construit les clôtures, retourné la terre et planté les première graines. La Forêt Ancienne c’est un peu les premières grosses salades qu’on peut farmer mais certaines choses prendront plus de temps à pousser. Vu les ventes (l’engrais du potager) qui risquent d’exploser toutes les précédentes, nul doute qu’ils sont partis pour nous pondre des belles choses encore.
          Maintenant je voulais aussi détraquer ceux qui disent que c’est trop facile et ceux qui vomissent sur les navicioles. Ça fait 12 ans que je joue à Monster Hunter et le jeux n’est pas plus facile que les autres. Même en novice on peut se faire OS par des monstres.
          Ensuite les navicioles sont juste indispensables au début. Par la suite un peu moins, mais elles sont méga pratiques pour la cueillette aussi. Et au final, quand j’en ai pas besoin honnêtement je ne les vois même plus du tout.

          1. Louhry dit :

            je sais pas comment tu fais pour pas voir les navicioles, elles te laissent une trainée infâme sur tous tes trajets. c’est vrai qu’elles sont pratiques, mais elles devraient être désactivables à souhait.

          2. Yon dit :

            Bah très franchement c’est comme vivre à côté d’une rivière ou les moustaches de Naruto. Au début tu peux pas penser à autre chose et ensuite, en tous cas pour moi, j’y fais plus du tout attention. Après je suis d’accord que c’est un outil qui devrait être désactivable.
            Maintenant même si j’ai des réserves concernant le roster, je dois admettre qu’il y a énormément de choses qui ont été améliorées et tout à fait agréables. La cueillette en courant (j’adore ramasser pleins de trucs) c’est vraiment trop beau. Le système de souhaits est bien pensé aussi (on se demandait avec des potes si le forgeron était en malin en nous proposant les éléments en tenant compte de toutes les demandes et c’est le cas ! Cool aussi ça !). Désintégrer les pièges, combinaisons automatiques, nouveau système de talents, pioches et aiguisoirs infinis, j’en passe et des meilleurs, tout ça rend la chasse super ergonomique.
            Big up aussi à l’arène qui ressemble plus à une quête de défense, j’approuve à fond !
            Le seul point noir, comme Garland la si bien dit, c’est « ça augure du très bon pour la suite ». Bon sang ils savent comment nous tenir ! J’ai le jeu et pourtant j’ai déjà hâte de voir comment ils vont gérer les ajouts et à quelle fréquence ! Parce que parti comme c’est parti, les joueurs qui rushent ou ceux qui sont en vacances sont déjà presque sur leur faim (même si c’est de leur faute après tout). Je n’attends qu’un trailer pour le prochain dlc pour enfin savoir si on aura juste droit au vieux Jho ou si il y aura plus !

          3. Louhry dit :

            je m’efforce de les ignorer, mais c’est pas facile, surtout dans les maps de nuit, là c’est le festival du mauvais gout. Surtout que les suivre te fais parfois faire des trajets complètement improbables (cf la quête de la rathian dans le désert).

            une des meilleures idées pour moi par contre, qui est pourtant reçu comme une déception pour la plupart des anciens joueurs de mon entourage, c’est l’évolution tout en finesse du skin des armes, qui conserve le squelette de base et lui ajoute des ornements de monstre sur la crosse/lame/bouclier. c’est très bien pensé et ça donne une vraie cohérence au fait de pouvoir downgrader son arme.

  4. Heartless dit :

    Enfin des commentaires, j’attendais vos retours histoire de pouvoir en discuter :/

  5. edgar magnier dit :

    Tout à fait d’accord avec toi Garland, le jeu nous fait son service ni + ni – en contenu, donc sur le papier on peut pas en dire du mal, mais ça reste limite et ça va se faire sentir dans la durée de vie. Perso, je vais passer pour un con mais je ressens une « casualisation » de MH : Rc 11 en 3 jours de jeu, alors qu’il n’y a pas de rang G (j’ai espoir pour que le mode expert soit plus fourni), les monstres en solo : tu leur roules dessus dès que tu connais leur moove, idem pour les quêtes à 3 monstres. Je n’ai pas ressenti ça dans MH3 ou MH4 (donc c’est un avis perso). Après, ils ont fait un travail extraordinaire sur les maps, et les outils qui ont mal vieilli et n’avaient rien à faire sur next gen, donc techniquement un très bon travail. Mais encore techniquement, il y a des défauts qui n’ont rien à faire sur un jeu en dev depuis 4 ans sur next gen : la distance d’affichage, l’optimisation PC/console md-gen foiré, les hitbox parfois irréalistes, et les animations trop ambitieuses pour un décor trop vertigineux (c’est cool de faire des monstre en motion capture, mais si c’est pour qu’ils aient la tête à travers les murs NON). Bref, pour le moment j’aime bien MHW, mais c’est une transition : une très bonne transition, mais je sais pas si je vais y rester accroché des mois.

  6. Garland dit :

    Bon, j’ai regardé l’intégralité du jeu sur plusieurs streams / VOD (l’un était le jeu complet, j’ai vu on va dire 90% des quêtes du scénario jusqu’à la fin du true last boss…)

    Verdict : heureusement que je n’avais pas de pognon pour celui ci, je confirme ce que je disais plus haut. J’attendrai le DLC avec rang G ou version Ultimate pour avoir plus à me mettre sous la dent pour le même tarif.

    1. Angeal Hewley dit :

      J’espère que tu as regardé sur mon stream 😡 Haha !
      Je donnerais mon avis plus tard pour ma part :p

Laisser un commentaire

Monster-Hunter.fr est un site non officiel de passionnés qui n'est pas lié ou affilié de quelque sorte que ce soit à la société CAPCOM ou l'une de ses filiales. Les marques et logos MONSTER HUNTER sont la propriété exclusive de la société CAPCOM. Le site officiel est disponible à cette adresse.

Merci de désactiver AdBlock :)

Comment désactiver AdBlock ou ajouter une exception pour un site ?

ou

Continuer la navigation