Traité de Wyvernologie : Semaine 12

Posté par Ike le 9 décembre 2013 - Catégories: Communauté

Bienvenue à tous dans ce douzième traité de Wyvernologie, qui sera consacré aux gemmes des monstres et à leur lente formation.

Dans l’univers de Monster Hunter, pratiquement tous les monstres possèdent une gemme qui se créée au fur et à mesure que ceux-ci grandissent. Elles sont très prisées par les chasseurs à cause de leur grande rareté et de leurs vertus particulièrement efficaces pour des armes.

 

Chaque monstre a une gemme qui lui est propre. Ces dernières varient légèrement dans leur composition mais sont formées généralement de la même manière. Seuls les monstres reptiliens et quelques rares exceptions (Wyverns nageurs, Gobul, Farunokku…) ont le matériel biochimique nécessaire pour pouvoir les matérialiser. Les mammifères, les monstres faibles ou trop jeunes, les invertébrés et les oiseaux ne créent pas de gemmes organiques. Ces dernières sont fabriquées par les monstres eux-mêmes grâce à un procédé spécifique nécessitant l’ingestion de certains éléments. Lorsque l’organisme d’un monstre a atteint une maturité suffisante pour pouvoir supporter la présence d’un corps étranger, la création de ces précieux artefacts commence alors. Pour ce faire, il doit tout d’abord commencer à ingérer un élément chimique nécessaire au processus, la dragonite. Ce minéral est une roche plutonique à quartz rare, qui ne peut se trouver que près d’anciennes zones sédimentaires. Contrairement à ce que l’on peut penser, la dragonite peut se trouver partout : dans les zones enneigées, dans les montagnes ou au fin fond de la jungle. Lorsque le magma refroidi après des millions d’années remonte à la surface et refroidit, et qu’elle a été au préalable très rapidement en contact avec le puissant élément draconium, la roche de couleur verte qui en résulte est appelée dragonite. Cette dernière comporte une part infime de draconium (0,001 %), qui n’entraîne donc pas la mort pour une dose si faible. Résultat tous les êtres vivants, même les moins résistants (Grands Jaggis, Qurupecos, …) peuvent survivre à un régime bas mais régulier de dragonite. Il suffit aux monstres d’en ingérer très peu tous les jours pendant quelques années, pour que la masse de draconium soit à la limite de l’empoisonnement de l’organisme. En attendant la dose suffisante, elle est stockée dans un peu partout dans les diverses cellules du corps de l’animal. Une fois qu’elle devient trop dangereuse, une glande comparable aux glandes lacrymales, la glande gemmanale, évacue tout l’élément nocif vers une poche de tissus ossifiés située près de l’estomac. Les tissus solides, aux cellules très soudées, empêchent la perte du produit dans le sang. L’évacuation du calcaire situé dans les tissus sur le draconium provoque une accumulation de l’élément chimique et, par la suite, la formation d’un bézoard incomplet. Face à la présence de ce corps étranger dans le corps du monstre, l’organisme va réagir immédiatement en envoyant une substance constituée de macromolécules organiques, d’eau et d’ions divers selon les espèces, et permettant la différenciation de toutes les gemmes précieuses organiques que les monstres peuvent créer. Le processus de minéralisation dure une semaine environ ; il en résulte ensuite un joyau magnifique permettant d’augmenter les capacités des monstres. La brume de draconium se transforme en fibres soyeuses, et se retrouve enfermée dans un cocon de mucus ; le coefficient de friction du solide n’étant pas suffisant pour passer à travers la fine pellicule liquide.

 

La présence de la gemme à l’intérieur du corps des monstres apporte un gain de pouvoir. En effet, les radiations émises par une gemme formée entraînent une surproduction de l’élément d’un monstre (feu, foudre, eau…) mais aussi une stimulation des tissus, des organes et des muscles. La gemme continue de grandir de manière ininterrompue jusqu’à la mort de son hôte. Plus un monstre est vieux, plus sa gemme est grande et plus puissante est sa force (c’est la différence qu’on fait entre les monstres + et G). Seul un grand pourcentage des monstres (environ 75 %), possèdent les attributs permettant de fabriquer ces joyaux. Ils sont extrêmement appréciés des forgerons qui réussissent à canaliser leur pouvoir par extraction de l’essence du bézoard à l’aide de moyens spéciaux (voir un traité à venir). Les Dragons Anciens ont beaucoup plus de facilités à obtenir cette gemme, dû à leur mode de vie reclus et à une consommation active de minéraux. Certains de cette catégorie de monstre, arrivent même à développer des gemmes organiques annexes à la gemme principale, leur donnant un gain de pouvoir et une activité plus soutenue. Parmi ceux là il y a le Dire Miralis qui possède des fonderies, et le Ceadeus qui peut créer des organes lumineux.

Ensuite il y a le cas des monstres possédant l’élément dragon. Ceux-ci, à partir d’un âge déterminé, produisent directement du draconium par ingestion de plantes, de minéraux ou de bactéries comprenant cet élément. Pour eux le système est très simple, ils n’ont pas besoin de la première phase. Au lieu de passer des années à manger du draconium en très faible quantité, ils produisent immédiatement une réserve suffisante de draconium pour pouvoir activer sans plus tarder le processus de création de la gemme. Ils atteignent alors ce stade de poussée de l’activité plus jeunes que les autres monstres. La taille d’une gemme indique précisément selon une tranche bien définie l’âge d’un monstre.

 

Les gemmes sont différentes en forme et en couleur selon les différents monstres. Il y a d’abord les caractères immédiats, qui relèvent de l’observation directe de la pierre (forme, structure, couleur, porosité). Il y a les caractères mécaniques, qui sont les actions mécaniques pouvant s’exercer sur le minéral (solidité, flexibilité, résistance à l’usure, sonorité). Les caractères physiques sont ceux qui se constatent à l’aide de divers procédés d’expérimentation (dilatabilité, conductibilité thermique, phosphorescence, réfraction). Enfin il y a les caractères organoleptiques qui sont les caractéristiques faisant appel à nos sens (odeur, sensation au toucher, adhérence). Le patrimoine génétique et la composition du milieu environnent sont les principaux facteurs influent sur la forme des gemmes. Le sang du Dire Miralis étant très corrosif et très chaud, ses gemmes sont difformes, brûlantes et de couleur rouge vif. Le joyau a donc une diathermanéité (qui laisse évacuer la chaleur) très faible. La taille du monstre et de sa poche est un facteur influent. Celle du Jhen Mohran par exemple, est très grosse, ronde et jaune à cause de la forme sphérique et épaisse de sa poche. La couleur sable est due aux sédiments et à la poussière s’infiltrant par la peau et la bouche et allant jusqu’à l’emplacement de la gemme, l’enrichissant alors et accélérant le processus de minéralisation. Il en résulte une gemme très cristalline et transparente de forme monoclinique, qui peut devenir violette chez certains individus. L’élément du monstre, qui est accru grâce à la gemme, nourrit cette dernière, jouant ainsi sur sa couleur. Les Carapaceons produisent de la nacre qui permet la formation d’une perle à l’intérieur de leur exosquelette (en l’occurrence la coquille pour les Carapaceons Hermites). Résultat, les gemmes sont toutes uniques et ont toutes des caractéristiques qui leurs sont propres. A cause de leur composition fibreuse, les gemmes ne restent pas longtemps dans leur état pur, une fois extraites du corps du monstre ou à la mort de ce dernier. Leur structure pourrait être comparée à celle du bois. En dehors de l’environnement humide de l’estomac, elle se contracte et sèche, ses vertus disparaissant et les fibres se recroquevillant. C’est pourquoi il est conseillé à tous les détenteurs de ces magnifiques joyaux de les utiliser au plus vite et de ne pas les laisser croupir au fond d’un coffre.

 

Les gemmes ou les écailles précieuses des monstres (éclats-lunes, mantes…) constituent des sources de décoration et de pouvoir non négligeables aux chasseurs qui les utilisent. Elles sont l’une des raisons essentielles qui font que les chasseurs se mettent à chasser un même monstre plusieurs fois de suite.

 


11 commentaires sur “Traité de Wyvernologie : Semaine 12

  1. AtomikNinja dit :

    Toujours aussi intéressant! Continu tu fais vraiment du bon boulot!

  2. silverdragon dit :

    Super rubrique, très intéressante.
    Jute un petit détail concernant la phrase suivante « aux sédiments et à la poussière s’infiltrant par la peau », malheureusement au niveau de la peau seul les minéraux ainsi que l’eau qui sont des molécules peuvent passer contrairement aux sédiments qui sont des micro particules bien plus grosses et qui ne peuvent pas passer au travers des pores de la peau.

    Mais au delà de ca je me répète peut être mais tu a fait un super travail. 😉

    Par contre même si je suis de niveau G sur unite, je n’ai jamais dépecé de pierre (je dois être vraiment malchanceux).

    1. Ike dit :

      Oui, oui tu as raison. Je voulais plutôt faire remarquer que le sable (qui rentre par la bouche du monstre) joue un rôle sur la couleur et la composition de sa gemme. Mais c’est vrai que des sédiments aussi gros ne peuvent pénétrer l’organisme par les pores de la peau.

  3. hydre39 dit :

    D’abord la cuisine et maintenant la joyallerie,décidément tu fait de tout.

  4. Monster4 dit :

    Ouuuah… Toujours aussi complet! Bon j’avoue ne pas tout comprendre. Au fait Ike, tu voudrais pas faire un traité de wyvernologie sur l’évolution du Zaboazagiru de Mh4? Parce que je ne comprend rien au fonctionnement de ce monstre… :$

  5. Rathalos_Azur dit :

    Fantastique cette rubrique… Y en aura t’il une sur la mue du Kushala Daora? En tout cas je garderais ma Mante Lagiacrus précieusement et sous-verre. 😀

    1. Ike dit :

      Pas grand chose à dire sur la mue du Daora en particulier, mais je pourrais faire un article complet sur ce superbe dragon ancien.

  6. Jon dit :

    Super encore une fois !
    Je tient a preciser que la diversification de tes sujets me laisse de marbre. Chapeau !

  7. Ike dit :

    Pour le spécial Noël de neuf pages, vous le préférez en un seul bloc ou en deux parties (une aujourd’hui et l’autre demain) ?

    1. daryl dit :

      Neuf pages purée tu t’en donne pour nous faire plaisir (chapeau).
      Moi je suis partant pour la deuxième option.

  8. fraisil dit :

    J’ai particulièrement aimé ce traité, mais il y a une question que je me pose depuis que je joue à Monster Hunter qui est:
    Pourquoi la couleur des gemmes de certains monstres ne correspond pas à la couleur des monstres en eux-mêmes?

Laisser un commentaire

Monster-Hunter.fr est un site non officiel de passionnés qui n'est pas lié ou affilié de quelque sorte que ce soit à la société CAPCOM ou l'une de ses filiales. Les marques et logos MONSTER HUNTER sont la propriété exclusive de la société CAPCOM. Le site officiel est disponible à cette adresse.

Merci de désactiver AdBlock :)

Comment désactiver AdBlock ou ajouter une exception pour un site ?

ou

Continuer la navigation